crane de zebu dans le sud de madagascar

LE THÈME DU GRAND SUD DANS LA LITTÉRATURE MALGACHE

Couverture Vol a vif de J. Ravaloson
Vol à vif de Johary Ravaloson
Couverture de Madagascar Dahalo de B. Tarabey
Madagascar dahalo de Bilal Tarabey
Couverture du Bain des reliques de Michele Rakotoson
Le bain des reliques de Michèle Rakotoson

ACTUALITÉS

Comment aider le sud de Madagascar ?

Une des façons de soutenir les victimes de la famine (Kéré) qui dévaste le sud de Madagascar depuis quatre ans consiste à financer l’aide internationale. Mais comment être certain.e.s que nos dons arrivent à destination ? En se tournant vers les Organisations non-gouvernementales les plus fiables.


En janvier 2020, l’État malgache et l’ONU ont lancé un appel éclair de 75,9 millions de dollars en direction des organisations en place. Cet appel a été révisé en 2021 avec un budget de 154,8 millions de dollars.


Début 2022, 200 millions d’euros restent à trouver. Car sous l’effet des catastrophes naturelles (sécheresse et tempêtes de sable), la sous-alimentation a fait place à une crise alimentaire sans précédent.


Parmi les ONG qui répondent présent dans les régions rurales d’Anosy et d’Androy face à l’urgence, nous en avons sélectionné cinq pour leur transparence et leur sincérité. Elles sont classées par ordre alphabétique.


  1. Action contre la faim
  2. Care Madagascar
  3. Le Gret et l’Association Kéré
  4. Handicap International
  5. Programme Alimentaire Mondial

Conclusion : que fait l’État malgache ?


1) Action Contre la Faim

Renforcement durable de la sécurité alimentaire

Créée en 1979, Action contre la faim est en mission à Madagascar depuis 2012. Pour lutter contre la sous-nutrition, elle a mis en place une continuité de programmes dans 4 principaux domaines :


  • Nutrition et Santé,
  • Sécurité alimentaire et Moyens d’existence,
  • Santé Mentale et Pratique des Soins,
  • Eau, assainissement et Hygiène


Depuis 2015, le projet NUTRIS – FARAFAFI [1] soutient le système de santé à l’échelle du District sanitaire avec une dimension de marketing social appliqué en eau, assainissement et hygiène. Cette action se fait en partenariat avec l’ONG malgache ASOS [2], et a été prolongée jusqu’en juin 2022 par le projet HIAKE/Confluence dans la région Atsimo-Andrefana (sud-ouest), avec l’appui de l’AFD [3].


Comme dans 4 autres pays bénéficiaires de cette aide, l’objectif est d’améliorer la prise en charge des victimes de la sous nutrition menacées de famine en répondant à l’urgence, mais aussi en développant des actions préventives

Lutte contre la malnutrition aiguë

Depuis 2016, toujours dans une approche EAH [4] et sécurité alimentaire, Action Contre la Faim traite spécifiquement les causes et les conséquences de la malnutrition aiguë en partenariat avec d’autres entités internationales, dont le CERF [5], l’UNICEF, SIDA[6], l’OFDA [7] , la SDC [8] , le PAM (le Programme Alimentaire Mondial dont il sera question plus bas)…

Renforcement de la résilience de l’agriculture

Depuis 2019, face aux défis du changement climatique, ACF promeut l’agroécologie auprès des populations et assure le suivi des nappes phréatiques par la mise en place de sondes piézométriques dans le Grand Sud. Là comme ailleurs, ACF travaille en collaboration avec l’État malgache, via le BNGRC [9].


[1] Nutrition Renforcée Intégrée pour la Santé – FAhasalamana, RAno, FAnadiovana Fidiovana

[2] Action Socio-sanitaire Organisation Secours

[3] Agence Française de Développement

[4] Eau, Assiainissement et Hygiène

[5] Fonds central des Nation Unies pour les interventions d’urgence

[6] Swedish International Development Cooperation Agency

[7]Office of U.S. Foreign Disaster Assistance

[8]Swiss Agency for Development and Cooperation

[9] Bureau National de Gestion de Risques et des Catastrophes

« Actuellement, 25 équipes mobiles sillonnent 9 districts pour assurer un suivi auprès des communautés les plus éloignées des centres de santé »

Ailleurs sur Culture Gasy :

2) Care Madagascar

Autonomisation économique des femmes

Fondée aux États-Unis en 1945, sise aujourd’hui à Genève, CARE International lutte depuis 1992 contre les causes profondes de la pauvreté à Madagascar.


Son action pour l’autonomisation des femmes s’appuie sur le modèle financier des associations villageoises d’épargne et de crédit (VSLA en anglais). Il s’agit de groupes d’épargne autogérés de 15 à 25 personnes associés à des associations de crédit. La technologie mobile permet aux membres d’avoir accès aux comptes bancaires du groupe et d’ouvrir leurs propres comptes.

Optimisation des aides humanitaires

CARE a mis en place à Madagascar son mécanisme FbF/FbA [1}. La procédure comprend deux étapes :

  • La prévision, qui consiste à produire les données de prévision à travers le modèle de la sécheresse dans le sud de Madagascar.
  • L’action basée sur les prévisions permet de répondre aux catastrophes de manière précoce.

Aide à la gouvernance des risques et des catastrophes

En partenariat étroit avec la SNGRC [2], CARE Madagascar vient en support sur le Système d’Alerte Précoce (SAP) mis en place depuis 1996 par l’AEDES [3] et financé par la Commission européennes. Le SAP facilite les actions anticipées pour modérer les conséquences de la sécheresse récurrente, notamment nutritionnelles, sur la base d’indicateurs ciblant six communes (Mahajanga II, Marovoay, Ambatondrazaka, Amparafaravola, Farafangana et Vangaindrano).

[1] (Forecast Based Financing/Forecast Based Humanitarian Action for Food Security)

[2] Stratégie Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes (État malgache)

[2] Agence Européenne pour le développement et la Santé

Care Madagascar contre le Kéré

« Nos équipes travaillent avec les populations locales afin d’identifier les facteurs de vulnérabilité et d’y remédier en s’appuyant sur les connaissances traditionnelles locales et les méthodes développées par CARE »

Lire aussi sur Culture Gasy :

Madagascar avant la colonisation

3) Le Gret et l’Association Kéré

Réponse humanitaire d’urgence

Le Gret a été créé en 1976 dans le souci d’adapter l’action humanitaire aux contraintes spécifiques du terrain, avec, en prérequis, une présence continue sur place. Siégeant aujourd’hui dans le Val de Marne, il intervient dans 14 pays.


En octobre 2020, dès le début de la menace de famine à Madagascar, le Gret a initié l’Opération Kéré, portée par la générosité de la population réunionnaise. En partenariat avec Action Contre la Faim, cette opération s’est traduite par :


  • un dépistage de la malnutrition,
  • une prise en charge médicale et nutritionnelle des victimes,
  • un appui à la consolidation de l’état nutritionnel des enfants guéris avec un suivi régulier de leur croissance,
  • des activités de sensibilisation des mères pour améliorer leurs pratiques alimentaires, de soin et d’hygiène.


Accompagnée d’une distribution d’eau potable et de farines infantiles fortifiées de haute qualité nutritionnelle, cette stratégie financée par une partie des 1,5 million d’euros d’aide alimentaire débloqués par l’État français a permis de mitiger le terrible impact de la sécheresse dans une trentaine de fokontany (villages) du district d’Ambovombe.

Promotion d’une offre alimentaire locale

L’alliance serrée entre le Gret, ses partenaires de l’Opération Kéré [1], les entreprises alimentaires [2] et les ONG malgaches [3] garantit que l’aide alimentaire s’appuie à l’avenir sur des céréales et légumineuses produites localement. Ainsi, dans les prochains mois :      

  • 4,8 tonnes de semences résistantes à la sécheresse seront distribuées aux familles bénéficiaires de l’aide alimentaire.
  • 4200 familles de la région profiteront d’un programme de création de blocs agroécologiques (parcelles d’au moins 10 hectares pour des plantes pluriannuelles.

Mobilisation renforcée face aux prévisions alarmantes

L’actualité internationale ne manquera pas de reléguer le Kéré à l’arrière-plan en raison de l’amoncellement des catastrophes humanitaires d’origine climatiques aux quatre coins de la planète. Or, la surveillance nutritionnelle réalisée par l’État malgache [4] a conclu que 27% des habitants du Grand Sud et du Grand Sud-Est se trouve en insécurité alimentaire.


C’est pourquoi le Gret et ses partenaires ont plus que jamais besoin de nos dons pour espérer pouvoir :


  • assurer durablement l’accès à l’eau potable en déployant les solutions innovantes trouvées grâce aux dons,
  • intensifier la restauration des blocs agroécologiques,
  • poursuivre l’aide d’urgence auprès des 1,3 million de personnes souffrant de la famine dans le Sud.

[1] Action contre la faim, Réunion la 1ère, le Journal de l’Île de la Réunion, Agronomes et Vétérinaires sans frontières (AVSF) 

[2] Taf et Nutri’zaza, productrices et distributrices des farines fortifiées Koba Aina et Pecmam

[3] Dont le Centre technique agro-écologique du Sud (CTAS) et le Centre national de recherche appliquée au développement rural à Madagascar (Fofifa / Cenraderu).

[4] Ministère de la Santé, l’Office National de Nutrition, appuyés par l’Unicef, l’Union Européenne et l’USAID

Le Gret contre le Kéré

« Début juillet, le Gret a reçu officiellement son accréditation auprès d’Echo […] pour la période 2021-2027.

Cette accréditation permettra aux équipes du Gret de faire le lien entre urgence et développement sur des territoires bien connus de l’association »

Ailleurs sur Culture Gasy :

3 poètes malgaches à (re)découvrir

4) Handicap International et le projet TIALONGO

Transferts d’argent, bons d’achat et paniers alimentaires

Fondée à Lyon en 1982, Handicap International intervient dans une soixantaine de pays dont les populations souffrent de handicaps, de pauvreté, de conflits et de catastrophes.


La branche France adapte depuis 2020 ses programmes aux populations vulnérabilisées par le COVID dans plus de 45 pays, dont Madagascar.


Face à la brutalité inédite du Kéré dans le Sud de Madagascar, l’ONG a lancé le projet Tialongo au bénéfice des personnes handicapées et de leurs foyers. Ce programme d’intervention répond à l’urgence par des transferts d’argent, des bons d’achat et des paniers alimentaires de première nécessité composés de céréales, de légumes, d’huile et du sel. La vague actuelle de distribution courra jusqu’à février.

Soutien juridique, thérapies et appareillage

En addition à l’intervention d’urgence, HI continue à dédier la plus grande part de son action à la population handicapée. Cela consiste à :

  • défendre les chances et les droits de ces personnes fortement discriminées et privées d’accès à l’eau potable, tout en renforçant l’éducation inclusive,
  • mettre en place des centres d’appareillage et des projets de réadaptation dans le Sud,
  • améliorer la santé mentale des personnes en situation de détresse psychosociale et/ou souffrant de troubles de la santé mentale,
  • mettre en œuvre une stratégie à l’échelle communautaire pour favoriser la participation sociale de ces personnes fragilisées.

Prévention du handicap

Pour amortir l’impact de la malnutrition aiguë sévère (MAS) sur le développement infantile, les kinésithérapeutes de l’HI veillent à ce que les enfants âgés de 0 à 5 ans continuent à croître et à se développer au niveau cognitif.


En faveur des 800 enfants menacés de handicap à vie, des actions de formation sont prévues auprès des acteurs locaux :


  • thérapie de stimulation de la petite enfance,
  • prise en charge précoce des retards de développement,
  • réduction de la mortalité des mères et des nouveau-nés par un programme de santé ciblant ces derniers.


[1] Tosika Iarahana Aby LONGO », ce qui signifie « Soutenir toutes les familles ensemble ».

Handicap International contre le Kéré
Handicap International

« Les conséquences potentielles sont particulièrement alarmantes pour les jeunes enfants, car la malnutrition et la dénutrition peuvent perturber leur développement et les exposer à un risque plus élevé de développer des handicaps à court et à long terme »

5) Le Programme Alimentaire Mondial (PAM)

Interventions multisectorielles, du village au niveau national

Plus grande ONG mondiale sur le soutien alimentaire, cette structure de l’ONU et de la FAO[1] vise la sécurité alimentaire pour plus d’un million de personnes dans le Grand Sud, en étroite collaboration avec les autorités malgaches[2].

Le PAM a répondu à l’urgence humanitaire en distribuant des produits nutritionnels spécialisés à 700 000 personnes par mois depuis octobre 2020. En 2021, plus de 55 000 enfants de moins de 5 ans ont reçu un soutien nutritionnel dans 4 districts.

 

Dans le but d’autonomiser les victimes de la sécheresse, Le PAM Intervient aussi au niveau national en appuyant les autorités sanitaires malgaches et en associant toujours :

 

  • l’humanitaire et le développement ;
  • la nutrition, le WASH[3] (ou EAH), et les moyens d’existence.

 

Enfin, le PAM sensibilise les sociétés civiles à la problématique de la malnutrition chronique, et appuie des structures locales telles que la plateforme SUN / HINA, qui embarque le réseau de champions [4].

Programme de micro-assurance

Lancé en octobre 2020 dans le Grand Sud, l’assurance agricole du PAM garantit une indemnisation aux agriculteurs en cas de mauvaise récolte.


Cette assurance se décline en divers programmes, dont les coopératives d’épargne et de crédit. Les membres ont accès à des outils mutualisés tels qu’une pompe à eau. Il s’agit d’un système profondément solidaire et fiable, car les membres fondent leurs transactions sur la confiance et la pression sociale.


Ce programme s’est révélé crucial pour la survie de nombreux agriculteurs à la sécheresse en 2020 et 2021. Pour atteindre le million de Malgaches en état d’urgence alimentaire, le PAM a besoin de 39 millions de dollars d’ici avril 2022.

[1] Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, en anglais : Food and Agriculture Organization of the United Nations.[2] Notamment l’Autorité nationale de gestion des catastrophes, l’institut national de la statistique, le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes de Madagascar (BNGRC), l’Office National de Nutrition (ONN), et le Ministère de la population, de la protection sociale et de la promotion de la femme.

[3] Water, Sanitation, and Hygiene

Ailleurs sur Culture Gasy :

Chroniques de Madagascar de Dominique Ranaivoson

« Madagascar est actuellement le seul endroit au monde où les conditions similaires à une famine ont été provoquées par le climat, et non par les conflits. »

Conclusion : que fait l’État malgache ?

Comme on l’a vu, l’État malgache est un appui vital pour les ONG qui répondent à l’urgence et recherchent des solutions pérennes dans le Grand Sud.

Il reste à souligner que le gouvernement actuel, comme ses prédécesseurs, est ultra-dépendant des organisations et des fonds extérieurs. De fait, après les 100 millions octroyés en 2020 par la Banque mondiale, l’État a reçu mi-décembre 2021 la somme de 100 millions de dollars supplémentaires. Pour répondre à la question de savoir ce qu’il est fait de cette aide, on peut évoquer :


  • les projets Firangà, Maharo, Fiovana. La presse malgache présentait ces trois projets en 2020 comme autant de récipients se répartissant l’aide de la Banque Mondiale. Elle est restée muette sur le détail des actions effectuées ces derniers mois.
  • L’installation annoncée de forages pour un meilleur accès à l’eau potable et la mise en place d’une usine de production de compléments alimentaires. Ce projet a été annoncé le 11 décembre 2020 lors de la rencontre entre Andry Rajoelina et les partenaires de la lutte contre le Kéré. Il a été répété mot pour mot en juin 2021 lors du colloque régional pour l’émergence du Grand Sud.
  • Les Réponses contre la famine ou Kéré dans le sud par le gouvernement, élaborées par le pS-Eau (Programme Solidarité Eau) pour le compte du Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène.

Aux citoyens de Madagascar et du monde de suivre la concrétisation de ces annonces régaliennes pour s’assurer que les prochains épisodes de sécheresse et de famine soient mieux supportés par l’une des régions du monde qui contribuent le moins au réchauffement climatique.


Qu’en pensez-vous ? Prévoyez-vous de faire la différence face au Kéré, et de lutter contre la famine en envoyant de l’argent aux organisations agissant dans le Grand Sud?


Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *